Imaginer, connaître, exploiter, de l'Antiquité à 1600
31 mai-3 juin 2017 Cerisy-la-Salle (France)
Vendredi 2
Élaboration des savoirs. Nommer, classer, identifier

› 9:00 - 9:30 (30min)
Un mystérieux poisson d'Alexandre Neckam et les autres proies de l'ours blanc
Olga Vassilieva  1@  
1 : École des hautes études en sciences sociales  (EHESS)  -  Site web
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), École des Hautes Études en Sciences Sociales [EHESS]
54, boulevard Raspail 75006 Paris -  France

Dans le De naturis rerum (II, chap. 24) d'Alexandre Neckam, il est question d'un poisson sans nom vivant dans les mers septentrionales, possédant un seul œil qui présente la forme d'un écu (habens in fronte oculum habentem formam clypei trianguli). Neckam précise que ce poisson est l'ennemi de l'ours blanc, et que ce dernier se nourrit de poissons.

Cette créature marine de Neckam est difficile à relier à une espèce zoologique précise, mais nous proposerons quelques pistes d'identification. Neckam mélange peut-être des éléments provenant de plusieurs animaux :

  • légendaires comme le cheval de mer, monoculus equitus cetus, le hrosshwalr des sagas scandinaves ; les chevaliers de mer, pouvant évoquer les tortues avec leur carapace ressemblant à un bouclier ou une armure, comme le zytiron, évoqué dans les encyclopédies médiévales ;
  • réels comme le phoque à capuchon, l'orque, le morse, le requin du Groenland.

Le poisson cyclope de Neckam pourrait faire partie des proies habituelles du plantigrade polaire, ou être un animal (poisson ou mammifère marin) vivant dans son voisinage au Groenland. Cette enquête sera l'occasion de faire le point sur les comportements de prédation de l'ours blanc, défini notamment dans les encyclopédies du xiiie siècle comme un animal aquatique, bon nageur, se nourrissant de poissons qu'il extrait de trous qu'il a creusés dans la banquise. Nous confronterons ces savoirs anciens avec les connaissances actuelles sur l'alimentation de l'ours polaire, surtout friand de bébés phoques, mais qui peut s'attaquer à l'occasion à de plus grosses proies comme les morses, ou à d'autres cétacés échoués (beluga, narval, dauphins, petites baleines) – mammifères marins classés au Moyen Âge parmi les poissons.

Bibliographie

Vassilieva-Codognet, Olga. « “Plus blans que flours de lis” : Blanchart l'ours blanc de Renart le Nouvel, les ménageries royales et les encyclopédies du xiiie s. », Reinardus 27 (2015), p. 220-248. doi:10.1075/rein.27.12vas.


Personnes connectées : 1 Flux RSS